Tensions USA – Iran : les compagnies aériennes adaptent leurs routes

Suite à l’assassinat d’un général iranien à Bagdad, LOT Polish Airlines va désormais éviter l’espace aérien de l’Iran, l’Inde ayant demandé la même chose à ses transporteurs tandis que la FAA a demandé aux compagnies aériennes américaines d’éviter celui du Pakistan.

L’aéroport de Bagdad a été immédiatement affecté par la frappe par drone près de son enceinte qui a tué le général Qasem Soleimani, Royal Jordanian Airlines, la low cost Flynas et Gulf Air annonçant la suspension jusqu’à nouvel ordre de leurs vols vers la capitale irakienne (la compagnie du Bahreïn a aussi suspendu sa route vers Najaf). D’autres telles que Qatar Airways, Emirates Airlines, Air Arabia ou Flydubai disent surveiller la situation de près, mais attendre une éventuelle riposte de l’Iran avant de prendre une décision.

Mais la question de la sécurité des espaces aériens de la région se pose de nouveau : la compagnie nationale polonaise LOT Polish Airlines a ainsi annoncé une modification des routes entre Varsovie et l’Inde, le Sri Lanka, Bangkok et Singapour, qui ne passeront plus au-dessus de l’Iran. Son porte-parole Michal Czernicki a déclaré hier à PAP que ces changements n’auront pas d’impact significatif sur « la ponctualité ou la durée des vols », tout en rappelant que pour LOT « la sécurité des vols est primordiale ».

En Inde, le DGCA (Directorat général de l’aviation civile) a demandé aux compagnies du pays d’éviter « si possible » l’espace aérien iranien, utilisé pour quasiment tous les vols vers l’Europe ou les Etats-Unis. Mais selon le quotidien Economic Times, Air India par exemple n’a pas pour l’instant de « plan pour modifier ses routes », contrairement à février dernier quand la fermeture de l’espace aérien du Pakistan avait affecté jusqu’à 600 vols par jour pour l’ensemble des transporteurs indiens. Quand un drone américain avait été abattu par l’Iran, les restrictions de vols ne concernaient que le détroit d’Ormuz et le golfe d’Oman.

Aux USA, la FAA a émis une NOTAM (notice to airmen) demandant aux transporteurs américains d’éviter l’espace aérien du Pakistan « en raison des activités d’extrémistes et de militants dans le pays ». L’agence cite les risques d’attaques contre les avions et les aéroports, même si aucune compagnie américaine ne dessert le pays ; mais elles traversent son espace aérien pour se rendre en Inde, et la monté des tensions dans la région en février dernier avait poussé par exemple United Airlines et Air Canada à suspendre ou modifier leurs routes (elles avaient annoncé un retour à la normale en juillet). Rappelons que Delta Air Lines a fait son retour en Inde le mois dernier, et va aussi être affectée par les tensions dans la région.  (Air Journal)

Publier votre commentaire