Sûreté des aéroports côté ville : le Directeur de la sûreté et de la facilitation de l’ANAC à Praia

M. Romuald Peggy’s SOUNGOU (à dr.)

Du 16 au 18 avril 2019, la Conférence européenne de l’Aviation civile (CEAC), en charge de la mise en œuvre du Projet CASE financé par l’Union européenne et la commission Africaine de l’Aviation Civile (CAFAC), a organisé un atelier de formation consacré à la sûreté du côté ville des aéroports. Le Gabon, Etat partenaire du Projet CASE qui est une initiative de renforcement des capacités visant à intensifier la sûreté de l’aviation en Afrique et dans la péninsule arabique, a été représenté par le Directeur de la sûreté et de la facilitation, M. Romuald Peggy’s SOUNGOU en sa qualité de point focal national du Projet CASE.

L’objectif était de familiariser les Etats partenaires avec les normes internationales pour la sûreté du côté ville résultant des amendements 15 et 16 de l’annexe 17 ; présenter les scénarios de menace et les méthodes d’attaque les plus probables ainsi que les vulnérabilités potentielles les plus répandues ; détailler les mesures d’atténuation possibles et les meilleures pratiques pour la protection des zones côtés ville.

Afin de trouver un consensus et parvenir ensemble à l’atteinte des objectifs, les débats ont porté sur les thèmes suivants : les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre des mesures de sûreté côté ville et les solutions envisagées ; les mesures de sûreté côté ville au Cap vert ; la Conception d’infrastructures intégrant la sûreté côté ville cas de la Côte d’ivoire et du Sénégal ; l’évaluation des risques, cas du Comores ; la vulnérabilité communes et mesures d’atténuation, cas des Pays – bas.

Les différents échanges ont permis d’apprécier la méthode d’évaluation de vulnérabilité menée par la CEAC dans plusieurs Etats de l’Afrique de l’Ouest partenaire du projet CASE et dont la démarche consiste à Identifier toute vulnérabilité (menace intérieure, menace sûreté C.V et sécurité informatique) ; étudier l’efficacité des mesures existante ; de proposer des solutions et bénéficier d’une assistance.

La participation du Directeur de la sûreté et de la facilitation de l’ANAC au premier atelier de formation sur la sûreté du côté ville des aéroports a l’avantage de permettre au Gabon d’élaborer un cours pédagogique intégrant toutes les problématiques du concept de sûreté côté ville. D’intégrer aussi les vulnérabilités et les mesures d’atténuations, dédiées à la sensibilisation des personnels en charge de la mise en œuvre des mesures de sûreté côté ville des aéroports du Gabon afin de satisfaire non seulement aux nouvelles normes internationales de l’OACI mais aussi et surtout de réduire le risque d’une attaque terroriste dans les infrastructures aéroportuaires du côté ville.

Publier votre commentaire