South African Airways perd sa tête

Le conseil d’administration de South African Airways (SAA) a accepté la démission du CEO du groupe Vuyani Jarana, moins de deux ans après sa prise de fonction.

Depuis qu’il avait rejoint la compagnie nationale sud-africaine en novembre 2017, M. Jarana avait dirigé la mise en œuvre de la stratégie à long terme visant à « rétablir la viabilité financière et opérationnelle » de SAA, souligne un communiqué. « Je voudrais remercier M. Jarana pour son service et son engagement envers la compagnie aérienne. Il a contribué à rétablir la confiance et la crédibilité de la compagnie aérienne. Nous lui souhaitons bonne chance dans ses projets futurs », a déclaré le président JB Magwaza, selon qui SAA continuera à mettre en œuvre des actions « visant à réduire sa structure de coûts et à la rendre plus compétitive aux niveaux national et mondial ». Le CEO restera en poste jusqu’à la fin du mois d’aout pour assurer la transition, la recherche d’un remplaçant ayant été lancée.

A la tête de la compagnie de Star Alliance déficitaire depuis 2011, le CEO sortant aurait bien tenté de mettre en œuvre la restructuration annoncée, avant de renoncer « en raison d’incertitudes sur le financement et d’un processus de décision trop lent » dans la bureaucratie selon la presse économique. Il disposait d’un mandat de cinq ans, mais aurait surtout été victime des interventions répétées du gouvernement d’après certains experts.

L’annonce a en tout cas surpris la plupart des observateurs, alors que South African Airways venait d’annoncer pour le mois de septembre l’ouverture d’une nouvelle liaison entre sa base à Johannesburg-OR Tambo et l’aéroport de Guangzhou-Baiyun, sa deuxième destination en Chine après Hong Kong. (Air Journal)

Publier votre commentaire