Salon du Bourget J2 : une bonne journée pour tout le monde

Le deuxième jour du Salon du Bourget a été marqué par des annonces portant sur des centaines d’avions chez Airbus, ATR, Boeing, De Havilland et Embraer, avec en tête d’affiche la conversion de 235 A320neo en A321neo par la compagnie aérienne low cost AirAsia, et le groupe IAG qui s’est engagé pour 200 737 MAX et a acquis 14 A321XLR pour Iberia et Aer Lingus.

Après une première journée surtout marquée par le lancement de l’Airbus A321XLR, le 18 juin 2019 a vu quasiment tous les constructeurs afficher de nouvelles commandes ou engagements d’achats, portant sur plus de 500 appareils.

AIRBUS :

La low cost malaisienne AirAsia a décidé de convertir la quasi-totalité des commandes en cours d’A320neo en A321neo, soit 253 appareils, portant ainsi à 353 le nombre des plus grands monocouloirs remotorisés attendus. Ce changement permettra à la compagnie aérienne « d’offrir une capacité accrue en réponse à la demande toujours forte sur son réseau ». Kamarudin Meranun, président exécutif du groupe AirAsia Berhad, a déclaré dans un communiqué : « nous avons passé plusieurs années à examiner l’avenir de nos activités, et nous sommes fiers de devenir le plus gros client du monde pour l’A321neo. Grâce à ses nombreux avantages en termes d’efficacité et à la flexibilité opérationnelle apportée par cet avion, le A321neo sera le nouveau pilier de nos opérations, alors que nous continuons à nous développer pour répondre à la demande croissante de voyages en avion en Asie ». Le groupe a au total passé commande de 592 appareils de la famille A320 ; il a mis en service 224 monocouloirs (dont 37 A320neo, 14 encore attendus) dans ses bases en Malaisie, en Inde, en Indonésie, au Japon, aux Philippines et en Thaïlande. Le premier A321neo devrait être livré plus tard cette année.

Aux Philippines, la low cost Cebu Pacific a signé mardi un protocole d’accord pour seize A330-900, dix A321XLR et cinq A320neo. Airbus précise que les A330neo, livrables à partir de 2021, seront configurés pour accueillir 460 passagers en une classe (contre 436 dans ses A330-300) ; pas de détail sur les A321XLR attendus à partir de 2024 et qui lui permettront de voler « jusqu’en Australie et en Inde » (ses A321neo accueillent 230 passagers), mais les A320neo en prendront 194 (contre 186 dans les appareils actuels. La low cost vise une flotte entièrement neo à l’horizon 2024 ; elle opère à ce jour 33 A320, un A320neo, huit A321, un A321neo et huit A330-300, ainsi que 19 ATR 72. 

En Europe, le groupe IAG a passé commande ferme hier pour 14 A321XLR, huit pour Iberia et six pour Aer Lingus. L’avion permettra à la compagnie espagnole, pour qui il s’agit d’un nouveau type, « d’exploiter de nouvelles destinations transatlantiques et d’augmenter les fréquences sur les marchés clés » ; la compagnie irlandaise y gagnera la possibilité « d’ouvrir de nouvelles routes au-delà de la côte Est américaine et du Canada ». Pou le CEO du groupe Willie Walsh, l’A321XLR « a le même coût unitaire qu’un widebody long courrier, ce qui permettra une expansion rentable du réseau. Cela renforcera les hubs de Dublin et de Madrid, offrant de nouvelles routes transatlantiques et une flexibilité supplémentaire pour les passagers en correspondance. Ces aéronefs apporteront également des économies de coûts et des avantages environnementaux ».

Le groupe incluant aussi British Airways, Vueling et Level opère déjà l’une des plus grandes flottes d’Airbus au monde avec plus de 400 avions ; son carnet de commandes en compte désormais plus de 530, dont des A350-1000 pour British Airways, des A321LR pour Aer Lingus, et les A320neo et A321neo attendus par Vueling.

Basée aux îles Féroé, Atlantic Airways a signé hier un accord d’achat pour deux A320neo, qui lui serviront à « développer son réseau européen ». La CEO Jóhanna á Bergi a déclaré : « La vocation d’Atlantic Airways est de relier les Îles Féroé au monde entier. Nous sommes donc très heureux de confirmer l’arrivée de ces 2 appareils de nouvelle génération dans notre flotte. Atlantic Airways franchit aujourd’hui une nouvelle étape importante de son développement ». La compagnie aérienne lancera le mois prochain une liaison vers Paris-CDG, sur laquelle Air France partagera ses codes.

Aux Etats-Unis, Delta Air Lines a signé pour cinq A220-100 supplémentaires, portant le total d’ex-Bombardier CSeries attendus à 95 (dont 50 A220-300). La compagnie aérienne est la première à choisir la nouvelle option d’augmentation de la masse maximale au décollage pour l’ensemble de sa flotte à partir de 2020 ; la MTOW augmentée de 2,3 tonnes augmentera les rayons d’action des A220 de 450 nm, à 3400 nm pour l’A220-100 et à 3350 nm pour l’A220-300. Airbus précise que les A220-100 de Delta sont produits à Mirabel au Québec, tandis que ses A220-300 seront assemblés dans la nouvelle FAL de Mobile en Alabama, actuellement en construction.

En Arabie Saoudite, Saudia a renforcé sa commande de monocouloirs remotorisés de 35 à « jusqu’à 100 appareils », dont 35 en option : elle attend désormais 65 avions de la famille A320neo, dont quinze A321XLR. Les avions supplémentaires « seront déployés pour appuyer le plan du transporteur national visant à accroître sa capacité », la demande de passagers en Arabie saoudite connaissant une forte croissance sur les liaisons intérieures, régionales et internationales. Airbus et Saudia ont également convenu d’étendre leur partenariat « avec le développement de la formation technique, de la maintenance et d’autres services ». La flotte de Saudia compte 173 avions dont cent Airbus A320, A321 et A330.

Toujours chez Airbus, on retiendra du 18 juin les annonces de sociétés de leasing : Air Lease Corp. (ALC) a placé trois A321neo chez la compagnie chilienne Sky Airline, qui opère déjà 8 des 21 A320neo attendus, et deux A320neo et deux A321LR chez la low cost japonaise Peach (elle attend désormais 26 A320neo). De son côté, GECAS va placer quatre A320neo chez Colorful Guizhou Airlines, qui n’opère que des Embraer 190.

ATR :

Le constructeur franco-italien a annoncé mardi une lettre d’intention pour une commande ferme de 35 ATR -600, avec une option pour 35 autres et des droits d’achat pour 35 avions supplémentaires, signée par NAC, le spécialiste du leasing d’avions régionaux. La livraison des 35 premiers appareils débutera en 2020 et se poursuivra jusqu’en 2025 ; le planning de livraison est selon ATR « optimisé de façon à garantir que la demande du marché est la mieux satisfaite possible tout au long de cette période de cinq ans ». Ce nouvel accord consolide une collaboration « fructueuse et de longue date » entre NAC et ATR : depuis 2010, plus de 100 commandes spéculatives d’appareils ATR ont été converties en livraisons à NAC.

Martin Møller, Président de NAC, a déclaré dans un communiqué : « Pour nous assurer un avenir prospère, il est indispensable pour nous d’investir dans les meilleures technologies afin de pouvoir offrir à nos clients des solutions flexibles et efficaces. Grâce à un avantage significatif en termes de consommation de carburant, l’ATR 72-600 permet de réduire à la fois les coûts et les émissions, ce qui en fait l’avion idéal pour nombre de nos clients. L’aviation évolue vers un avenir durable, et grâce à ce contrat portant sur plus de 100 appareils, nous faisons un choix stratégique qui doit permettre aux compagnies aériennes de louer et d’opérer les avions régionaux les plus modernes et les plus éco-responsables du marché ». NAC est le premier loueur d’avions régionaux du marché, et compte plus de 76 compagnies aériennes clientes dans 51 pays ; sa flotte actuelle compte plus de 500 monocouloirs ATR, Bombardier, Airbus et Embraer.

BOEING :

Après une première journée morose, l’avionneur américain a frappé fort mardi. A commencer par le groupe IAG qui a signé une lettre d’intention portant sur 200 737 MAX (des MAX 8 et MAX 10, sans précision sur la répartition) destinés à « l’ensemble des compagnies aérienne du groupe dont Vueling et Level » – deux low cost opérant actuellement des monocouloirs Airbus. L’accord est évalué à plus de 24 milliards de dollars au tarif catalogue ; les livraisons interviendront entre 2023 et 2027. Le 737 MAX 8, un avion pouvant accueillir jusqu’à 178 passagers dans une configuration à deux classes, sera exploité aux côtés du 737 MAX 10, dont la capacité maximale est de 230 passagers, précise IAG. Le groupe n’opère plus de monocouloir Boeing ; on rappellera qu’en février dernier Comair avait pris possession du premier des huit 737 MAX 8 attendus, revêtu de la livrée British Airways pour qui elle opère en franchise en Afrique du Sud.

Willie Walsh, CEO d’IAG, a déclaré que le Groupe « envisage d’acquérir le 737 MAX dans le cadre de la diversification de sa future flotte et dans le but de stimuler la concurrence ». « Nous avons la certitude que ces appareils constitueront d’excellents éléments au sein de la flotte court-courrier d’IAG », a-t-il ajouté, « nous accordons toute notre confiance à Boeing et espérons que cet avion sera remis en service avec succès au cours des mois à venir, après avoir reçu la certification des organismes de réglementation ». Kevin McAllister, PDG de la division Aviation Commerciale de Boeing, se félicite « que l’équipe IAG reconnaisse les qualités élevées du 737 MAX et ait indiqué son intention de revenir vers la famille Boeing 737. Nous sommes impatients de poursuivre notre partenariat de longue date avec International Airlines Group pour de nombreuses années à venir ».

En Corée du Sud, la compagnie nationale Korean Air a signé un engagement d’achat pour dix 787-9 supplémentaires et dix 787-10, ce dernier modèle devant en outre faire l’objet d’un contrat de leasing pour dix exemplaires chez Air Lease Corp. (ALC). La compagnie opère déjà dix Dreamliner ; dans un communiqué, son président Walter Cho explique : « alors que nous continuons à innover dans notre offre de produits, la famille 787 Dreamliner deviendra l’ossature de notre flotte long-courrier pendant de nombreuses années. Outre une économie de carburant améliorée de 25%, le 787-10 offre environ 15% d’espace supplémentaire pour les passagers et le fret par rapport à nos 787-9, ce qui sera essentiel pour nos objectifs commerciaux à long terme ». Korean Air exploite dans sa flotte 96 Boeing 737, 747, 777 et 787, avec pour le cargo 23 747-400, 747-8 et 777.

La société de leasing ALC s’est engagée mardi à ajouter cinq 787-9 à sa flotte de 56 Dreamliner. « La demande d’avions fiables, polyvalents et économes en carburant est à son plus haut niveau », a déclaré son président exécutif Steven Udvar-Házy, et ces cinq 787-9 « sont nécessaires à nos compagnies aériennes clientes pour satisfaire aux demandes de location élevées du 787 ».

GECAS a de son côté signé avec Amazon pour la fourniture de  quinze 737-800BCF (avions passager convertis pour le transport de fret), sa compagnie Prime Air en attendant déjà cinq de la part de la société de leasing. « Ces nouveaux appareils créent une capacité supplémentaire pour Amazon Air, grâce à l’investissement dans notre programme Prime Free One Day delivery », a déclaré Dave Clark, vice-président directeur des opérations mondiales chez Amazon ; d’ici 2021, Amazon Air « disposera d’un portefeuille de 70 avions volant sur notre réseau aérien dédié ». Selon Richard Greener, vice-président directeur de GECAS Cargo, la capacité du 737-800BCF « renforcera la capacité d’Amazon à fournir une livraison fiable et régionale à ses clients pour les années à venir ».

DE HAVILLAND :

En Afrique, la compagnie aérienne TAAG Angola a été dévoilée mardi comme le client jusque-là anonyme de six Dash-8 Q400, une commande annoncée en mars dernier quand Bombardier était encore propriétaire du programme QSeries. De Havilland Aircraft of Canada a déclaré à ses clients qu’il n’y aurait « plus d’interruption de service » maintenant que sa société mère a finalisé l’acquisition du programme Dash 8, annoncée en novembre dernier. Longview Aviation Capital a finalisé le processus le 1er juin et a ressuscité la marque de Havilland en établissant la nouvelle filiale. De Havilland Aircraft continuera à produire le turbopropulseur régional Q400 et assurera le soutien aux plus de 1000 Dash 8-100/-200/-300 en service.

EMBRAER :

Basée dans les piles Canaries, Binter a acquis deux nouveaux E195-E2 qui viendront s’ajouter aux trois déjà commandés ; ils ont une valeur de 141,8 millions de dollars au prix catalogue, et faisaient l’objet d’un engagement d’achat depuis 2018. Binter recevra son premier E195-E2 au deuxième semestre, devenant ainsi compagnie de lancement en Europe du plus grand modèle de la famille E2 ; ils seront configurés avec 132 sièges en une classe. « Nous sommes ravis de confirmer la commande ferme de ces deux Embraer E195-E2 supplémentaires », a déclaré Rodolfo Núñez, vice-président de Binter. « La certification de type est exactement dans les délais. Avec ceci, ainsi que la consommation de carburant et les autres indicateurs de performance encore meilleurs qu’initialement prévu, nous avons une confiance totale dans la passation de cette nouvelle commande ferme ».

Au Japon, Fuji Dream Airlines (FDA) a passé une commande ferme pour deux nouveaux E175, qui figuraient déjà dans les listings d’Embraer sous client anonyme. Ils seront configurés en une classe unique de 84 sièges, et livrés à partir de cette année. « Nous sommes extrêmement heureux de développer sans cesse notre flotte et notre relation avec Embraer », a déclaré Yohei Suzuki, PDG de Fuji Dream Airlines. FDA exploite actuellement 14 appareils, trois E170 et onze E175, et les nouveaux avions « nous permettront d’accroître notre capacité et d’ajouter plus de routes et de fréquences, tout en offrant à nos passagers la meilleure cabine de sa catégorie ». (Air Journal)

Publier votre commentaire