Saint-Martin / Antilles : une touriste tuée par le souffle d’un réacteur d’avion – avec vidéos

Une touriste néo-zélandaise, âgée de 57 ans, est décédée mercredi dernier après avoir été soufflée par le réacteur d’un avion qui décollait de l’aéroport Princess Juliana de l’île de Saint-Martin, dans les Antilles.

A l’exemple de nombreux touristes sur cette plage de Saint-Martin située à l’extrémité d’une piste, la femme s’était accrochée au grillage de l’aéroport pour se faire « souffler » par le réacteur d’un avion au moment du décollage. Résultat : elle a été projetée par le souffle du moteur violemment sur un bloc de béton. Prise en charge par les services de secours, la quinquagénaire était toujours en vie mais grièvement blessée à l’arrivée de l’équipe médicale. Elle est décédée de ses blessures à son arrivée à l’hôpital de Saint Martin.

Cette pratique de se faire souffler des grillages sur le sable de la plage est très dangereuse. Des panneaux placés aux abords de la piste rappellent les risques encourus. Pourtant, de nombreux touristes en ont fait une attraction, comme le montrent les nombreuses vidéos postées sur les réseaux sociaux. (Air Journal)

 

One thought on “Saint-Martin / Antilles : une touriste tuée par le souffle d’un réacteur d’avion – avec vidéos

  1. Harles Evrard ingénieur aéronautique. · Edit

    Une plage en bout de piste, à mon humble avis est mal pensé, si on pense uniquement sécurité. Maintenant pour la beauté de la vue, pour voir les décollages et atterrissages des avions oui saint maarten est une plage spectaculaire. Mais on se posera toujours les questions au niveau sécurité de ladite plage. Comment penser un seul instant laisser des personnes exposées à des telles situations. Un réacteur qui arrive à propulser un avion de plus de 350 tonnes à une vitesse de 250km/h (vitesse au décollage). Une telle force qui arrive à propulser un avion de cette masse à une telle vitesse, on imagine ce que ça ferra sur une personne qui pèse en moyenne 60 kg ? Elle sera forcement propulsée à une vitesse plus élevée on s’en doute bien! Et on imagine l’impact de cette personne sur un bloc, en plus en béton. Exposer toute une plage à des telles poussées, je pense que les antilles en matière de sécurité, c’est un peu pris à la légère.

    Répondre

Publier votre commentaire