Personnel aéronautique : renforcement des connaissances en mesures de sûreté

La mise en œuvre efficace  des mesures et des procédures de sûreté aux aéroports par un personnel bien formé à ces techniques permettent de lutter contre les attaques terroristes dirigées contre la sécurité et la sûreté  des installations et  voyageurs aux aéroports.

C’est dans ce contexte que la Direction de la sûreté et de la facilitation de l’ANAC a animé trois séances de formation 1.2.3 du 28 février au 08 mars pour le groupe 1 ;  du 11 au 20 mars pour le groupe 2 et du 22 au 29 mars 2019.

Elles étaient d’une part, destinées au personnel technique de l’ANAC, et d’autre part, aux agents  des entités basées  à l’aéroport  telles que : SERVAIR, BOLLORE, AFRYJET   EX  HAUTE AUTORITE.

Ces formation s’inscrivent dans le cadre de l’amélioration constante du système de sûreté dans les aéroports du pays, lequel constitue une priorité pour l’ANAC au regard des faiblesses constatées lors de l’audit USAP-CMA OACI qui a eu lieu en août 2017.

Aussi dans le respect des recommandations du rapport de cet audit, l’ANAC a-t-elle mis en place un programme national de formation en sûreté de l’aviation civile visant à répondre aux exigences de l’OACI.

La formation 1.2.3 BASE en sûreté contribue au renforcement du niveau de connaissances en sûreté du personnel de l’ANAC en tant qu’autorité compétente chargée de la supervision des activités de sûreté des aéroports du Gabon et à la prévention des actes terroristes contre la transport. C’est une formation très importante qui leur donne une autre vision de la sureté.

Elle vise l’acquisition d’un savoir technique  pour les agents en service dans les postes d’inspection/filtrage (PIF) ainsi que les postes d’accès routier d’inspection/filtrage (PARIF) qui à terme, doivent être certifiés par l’autorité compétente en matière de supervision de la sûreté de l’aviation civile et renforcer leurs capacités.

A l’issue de cette formation, le Directeur général adjoint de l’ANAC, M. Eric Thibault MOUSSOUAMI MOUSSIROU (à gauche sur notre photo) a souligné lors de la séance de clôture que les candidats apprécieront d’avantage les inspections, qu’elles soient internes, ou de l’aviation civile ou de l’OACI ; qu’ils constituent tous une chaîne, que ce soit l’autorité, l’entité de mise en œuvre, les exploitants d’aérodromes et d’aéronefs, les fournisseurs de service, d’assistance. Il faut qu’ils matérialisent au quotidien ce que l’Etat attend  d’eux.

Il les a par ailleurs félicités les participants pour  avoir satisfait aux tests en obtenant  une note supérieure  à 75%. Ce qui va au-delà de la norme internationale OACI qui est de  70 %.

« Je vous invite dès à présent à mettre ces connaissances théoriques en pratique pour améliorer la culture de la sûreté au sein de la zone aéroportuaire. Votre attitude doit pouvoir changer, que l’on puisse constater qu’effectivement aujourd’hui vous êtes devenues des personnes qui ont des connaissances poussées en matière de sûreté. Notre but est d’élever le niveau de conformité de l’Etat du Gabon et non de l’ANAC afin d’atteindre des normes internationales » a-t-il déclaré.

Tous les  candidats ont atteint les objectifs de la formation 123base session de mars 2019. (rsm)

Publier votre commentaire