Libreville : réunion d’un groupe d’experts des états membres des AAMAC

Un groupe d’experts des états membres des Autorités Africaines et Malgache de l’Aviation Civile (AAMAC) se réunit à Libreville depuis le 24 avril jusqu’au au 06 mai 2017. Le programme d’activité 2017 des AAMAC adopté lors de la 37ème session de son conseil tenue à Ouagadougou les 19 et 20 décembre 2016, a prévu un regroupement des experts du domaine des services de la navigation aérienne (ANS), spécialités gestion de l’information aéronautique et cartographie (AIM/MAP). Cette rencontre rentre dans le cadre de l’harmonisation du dispositif réglementaire ANS des états membres. Prennent part à ces échanges, les représentants de la Côte d’Ivoire, du Gabon, de la Mauritanie, du Mali et du Togo.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Directeur général de l’ANAC, M. Dominique OYINAMONO.

En prenant la parole, le Secrétaire exécutif des AAMAC, M. Sadou MARAFA a d’abord remercié le Directeur général de l’ANAC Gabon d’avoir répondu favorablement à leur demande de recevoir la présente rencontre. Ce qui démontre de l’intérêt que les autorités nationales accordent aux activités que mènent les AAMAC dans le cadre de l’amélioration de la sécurité aérienne et a sollicité leur soutien continu à l’endroit des AAMAC afin de les appuyer dans la mise en œuvre effective des missions qui sont les siennes.

Le Directeur général de l’ANAC a remercié les dirigeants des autorités des AAMAC du choix porté sur le Gabon pour abriter cette réunion. Il a souligné l’intérêt d’harmoniser la réglementation de base en matière de navigation aérienne. L’avantage est de permettre aux états d’amorcer sur des bases saines et solides un processus de certification fondé sur une forte réglementation commune et de minimiser ainsi les risques pour un état donné de ne pas être en phase avec les référentiels communautaires en la matière. En outre, il importe d’établir et de maintenir un niveau de sécurité acceptable à travers la mise en œuvre des exigences communes pour la fourniture des services de la navigation aérienne et à terme pour leur supervision. Il est donc demandé aux états membres des AAMAC de veiller à ce que leur taux de mise en œuvre effectif des éléments cruciaux soit le plus élevé possible dans les sous régions.

Vous trouverez le compte-rendu détaillé de cette réunion dans notre prochaine newsletter.

Publier votre commentaire