L’IATA lance une plateforme permettant aux compagnies aériennes de partager les données sur les turbulences

L’Association du transport aérien international (IATA) a procédé au lancement de sa ressource de données Turbulence Aware, qui aidera les compagnies aériennes à éviter les zones de turbulence lors de la planification tactique des routes en vol. La plateforme Turbulence Aware améliore la capacité des compagnies aériennes de prévoir et d’éviter les turbulences grâce au regroupement et au partage en temps réel des données sur les turbulences émanant des transporteurs aériens participants.

Aujourd’hui, les compagnies aériennes doivent compter sur les pilotes et les avis météorologiques pour réduire les impacts des turbulences. Bien que ces moyens soient efficaces, ils ont des limitations en raison de la fragmentation des sources de données, des disparités dans le niveau et la qualité de l’information disponible, de l’imprécision quant à la localisation et de la subjectivité des observations. Par exemple, il n’y a pas d’échelle standard de la gravité des turbulences qu’un pilote peut signaler, autre que l’utilisation des termes

« léger », « modéré » ou « grave », de sorte que les rapports sont très subjectifs et varient selon la taille de l’aéronef et l’expérience du pilote.

La plateforme Turbulence Aware accentue les capacités de l’industrie en recueillant des données de plusieurs transporteurs aériens et en assurant un contrôle rigoureux de la qualité. Ensuite, les données sont consolidées en une source de données unique, anonymisée et objective accessible à tous les participants. Turbulence Aware devient une information exploitable lorsque l’information est transmise aux régulateurs de vol des compagnies aériennes ou aux systèmes d’alerte embarqués. On obtient alors le premier système d’information mondial, en temps réel, détaillé et objectif à l’usage des pilotes et du personnel opérationnel pour la gestion des turbulences.

« Turbulence Aware est un excellent exemple du potentiel associé à la transformation numérique de l’aviation. L’industrie aérienne a toujours coopéré en vue d’assurer la sécurité, sa

priorité absolue. Les données massives décuplent maintenant ce que nous pouvons accomplir. Dans le cas du système Turbulence Aware, la prévision plus précise des turbulences offrira un réel avantage pour les passagers, en rendant leur vol plus sûr et plus confortable », selon Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

Le problème de la gestion des turbulences devrait s’aggraver avec les changements climatiques qui influencent les modèles météorologiques. Cela affecte à la fois la sécurité et l’efficience des vols.

•         Les turbulences sont la première cause de blessures chez les passagers et les membres d’équipage en cas d’accident non mortel (selon la FAA).

•         Au fur et à mesure des progrès en matière de données sur les turbulences à tous les niveaux de vol, les pilotes pourront prendre des décisions plus éclairées sur les niveaux de vol supérieurs dans des conditions atmosphériques plus calmes. Le fait de pouvoir monter à ces altitudes favorisera un usage plus efficace du carburant, ce qui réduira les émissions de CO2.

Évolution future

Turbulence Aware suscite déjà beaucoup d’intérêt parmi les compagnies aériennes. Delta Air Lines, United Airlines et Aer Lingus ont signé des contrats ; Delta fournit déjà ses données au programme.

« L’approche collaborative de l’IATA dans la création de Turbulence Aware, basée par des données de sources ouvertes, fait en sorte que les compagnies aériennes auront accès à de l’information permettant d’atténuer l’impact des turbulences. Ce système, conjugué à l’application brevetée Flight Weather Viewer de Delta, devrait consolider les réductions importantes déjà observées en termes de blessures reliées aux turbulences subies par les passagers et les membres d’équipage et d’émissions de carbone », a déclaré Jim Graham, vice-président principal, Opérations de vol chez Delta.

La première version opérationnelle de la plateforme sera mise au point d’ici la fin de 2018. Les essais opérationnels seront menés au cours de 2019, et les commentaires seront recueillis tout au long du processus auprès des compagnies aériennes participantes. Le produit final sera lancé tôt en 2020. (IATA)

Publier votre commentaire