L’Etat débloque $641 millions pour mettre en œuvre le plan de sauvetage de South African Airways

L’Etat sud-africain alloue $641 millions pour la mise en œuvre du plan de sauvetage de SAA. Les fonds ont été mobilisés grâce à la réduction des budgets des ministères et d’autres entreprises publiques. SAA version relookée devrait reprendre ses activités avec 2700 employés en moins et une flotte initiale de 6 avions.

Comme attendu, le ministre sud-africain des Finances a dévoilé ce mercredi 28 octobre, l’enveloppe allouée au financement du plan de sauvetage de South African Airways (SAA). Lors de sa déclaration de politique budgétaire à moyen terme devant le Parlement, Tito Mboweni a affirmé que le trésor public débloquera 10,5 milliards de rands ($641 millions) à cet effet.

Cette allocation sera principalement mobilisée par « des réductions des budgets des ministères nationaux, des entités publiques, et des subventions conditionnelles des gouvernements provinciaux et locaux“, affirme le membre du gouvernement.

Selon Tito Mboweni, elle s’ajoute aux 16,4 milliards ($1 milliard) déboursés en février dernier toujours pour le règlement de la dette garantie de SAA et leurs intérêts. Ce premier financement est intervenu dans le cadre des dépenses à moyen terme prévu par un ajustement budgétaire.

Adopté le 14 juillet dernier, le plan de sauvetage de SAA attendait toujours d’être financé. Jusque-là, certains bailleurs de fonds n’avaient promis qu’une partie de la somme nécessaire, le reste devant être fourni par l’Etat. Cette garantie du gouvernement augure donc une reprise imminente des activités du transporteur sud-africain.

Son nouveau business plan prévoit le licenciement de 2 700 employés (environ 60% de ses effectifs). Dans sa forme restructurée, le transporteur devrait reprendre ses vols avec une flotte de six appareils pour un effectif de 1 000 employés, et ce jusqu’au premier trimestre 2021. En restructuration depuis le 5 décembre 2019, South African Airways tourne à perte depuis 2011, malgré les multiples renflouements financiers de l’État.

La suite sur Newsaero.

 

Publier votre commentaire