Le transport aérien en Afrique contribue pour plus de 50 milliards dollars au PIB, selon l’AFRAA

Le transport aérien en Afrique contribue pour plus de 50 milliards dollars américains au PIB, indique l’Association des compagnies aériennes africaines (AFRAA) dans un communiqué.

« Le transport aérien en Afrique soutient actuellement 6,2 millions d’emplois, contribue pour 55,8 milliards de dollars au PIB et devrait croître à un taux annuel de 4,6 pc au cours des 20 prochaines années », selon le communiqué, citant le rapport 2019 de l’AFRAA.

Cette croissance du trafic s’accompagne de plus en plus d’une expansion des lignes aériennes africaines, souligne l’AFRAA, relevant que « l’association est témoin de la renaissance du marché du transport aérien en Afrique de l’Ouest, illustrée par la renaissance de transporteurs disparus et le déploiement de plans d’expansion ambitieux ».

En marge de sa participation à la troisième réunion sur l’opérationnalisation du Marché unique du transport aérien en Afrique (SAATM),  tenue récemment à Dakar, le Secrétaire général de l’AFRAA, Abdérahmane Berthé, a énuméré les nombreux défis auxquels sont confrontées les compagnies aériennes africaines.

Il s’agit, entre autres, des taxes et redevances élevées imposées par les gouvernements, de la faible connectivité intra-africaine et des restrictions d’accès au marché, des fonds bloqués dans certains Etats qui sont les revenus de ventes générés par une compagnie aérienne dans ses opérations à l’étranger et qui ne peuvent être transférés pour une raison quelconque, ainsi que du prix excessif du carburant d’avion.

Ces conditions, déplore-t-il, ont un impact négatif sur la capacité des compagnies aériennes africaines à accroître leur empreinte et à offrir des tarifs compétitifs aux passagers pour augmenter leur trafic.

A cet effet, l’intégration régionale est indispensable pour débloquer la remarquable opportunité de croissance de l’Afrique.

Le Marché unique du transport aérien en Afrique (SAATM), l’Accord de libre-échange continental africain (ACFTA) et le Protocole relatif à la libre circulation des personnes et des biens constituent des projets phares qui devraient améliorer la connectivité intra-africaine et faciliter les voyages, le commerce, le tourisme, les affaires et le développement socio-économique sur le continent, fait-on remarquer.

L’AFRAA qui, comprend tous les grands opérateurs intercontinentaux africains représentant plus de 85 pc du trafic international total, continue de mettre en œuvre des initiatives visant à relever les niveaux de sécurité et de sûreté, à renforcer la coopération entre les compagnies aériennes africaines, à résoudre le problème des éléments impactant les coûts des compagnies aériennes, notamment les taxes et les redevances d’usage, et à veiller à ce qu’il y ait suffisamment d’infrastructures et de personnel qualifié pour soutenir la croissance du trafic sur le continent, rassure-t-on. (pana)

Publier votre commentaire