Le SNPL prend les 787 d’Air France en otage

Pour cause de pénurie d’instructeurs, Air France est contrainte de clouer au sol un 787. C’est la flotte des 6 Dreamliner qui est menacée à court terme. La raison de cette situation lourde de conséquences financières est directement liée au refus du SNPL de signer un accord sur le protocole instructeurs des 787.

C’est Fabrice Gliszczynski qui dans la Tribune a été le premier à soulever le problème, le 20 avril 2018. Ce qui n’était alors qu’une menace « incroyable » que faisait peser le SNPL sur l’exploitation de la flotte des six 787 d’Air France, est devenue depuis une réalité. La compagnie a retiré, à compter du 1er mai 2018, un premier 787 de son programme et l’a remplacé par un 777.

En juillet 2016, la direction d’Air France et le SNPL ont signé un accord autorisant le recours à des instructeurs du secteur 777 pour qualifier et contrôler les pilotes de 787, le temps que le secteur 787 dispose de ses propres instructeurs. Cet accord aurait du être renouvelé le 30 avril 2018 et apparemment, le SNPL n’est pas pressé de signer. Au moment où la direction décide de court-circuiter l’intersyndicale pour demander à l’ensemble du personnel de la compagnie de s’exprimer sur sa proposition d’augmentation des rémunérations, cette échéance du 30 avril est une aubaine pour le syndicat des pilotes. Et ce n’est pas le seul levier sur lequel, ce dernier peut jouer.

Au neuvième jour de grève, le 20 avril, Air France estimait à 220 millions d’euros l’impact du conflit social. Les mensualités d’un 787 dont le prix catalogue est 280 millions d’euros, pourraient gonfler ce coût. Quand Jean-Marc Janaillac, président d’Air France, a décidé de mettre son poste dans la balance en s’adressant directement aux salariés, il avait évidemment fait les comptes et connaissait tous ces éléments et ainsi que d’autres accords antérieurs passés entre ses prédécesseurs et le SNPL à l’époque où le syndicat était considéré comme incontournable. « Une affaire incroyable » comme titrait la Tribune… (aerobuzz.fr, photo: AF)

Publier votre commentaire