Le modèle économique des compagnies du Golfe remis en question

EtihadLes arbres ne montent pas jusqu’au ciel. Tel est le sentiment partagé par beaucoup sur les difficultés que rencontrent actuellement les compagnies du Golfe après tant d’années de croissance ininterrompue. Il faut dire que les sujets d’inquiétudes ne manquent pas vraiment dans la région, d’abord par les tensions géostratégiques et économiques touchant les différents pays du GCC mais aussi pour toute une série d’autres raisons d’ailleurs souvent liées à la rivalité effrénée d’Emirates, de Qatar Airways et d’Etihad.

On citera par exemple la saturation du hub d’Emirates, qui a notamment conduit la grande compagnie de Dubaï à restreindre sa flotte à seulement deux types d’appareils, évidemment surdimensionnés pour certaines lignes et impactant grandement le yield. Il y a aussi les choix discutables de sa voisine d’Abou Dhabi, Etihad, avec ses différentes prises de participation en Europe, notamment chez Air Berlin et chez Alitalia, cette dernière perdant aujourd’hui 1 million d’euros par jour, ce qui nous ramène exactement trois ans en arrière, c’est-à-dire avant le plan de sauvetage de la compagnie italienne.

Bien sûr, les effets induits par l’annonce des reports de livraisons d’appareils Airbus pour Emirates (et dans une certaine mesure pour Qatar Airways aussi au niveau des monocouloirs) ainsi que l’annonce du plan de restructuration d’Etihad, le premier de ce type pour l’une des actuelles trois grandes compagnies du Golfe, ne sont pas là pour rassurer.

Pourtant la bonne santé des compagnies de la région va perdurer, l’IATA prévoyant une baisse des marges de deux tiers mais ne remettant pas en cause leur rentabilité.

Car plus qu’ailleurs, on sent bien que des mesures drastiques vont être mises en place pour rendre encore plus compétitifs les géants du Golfe face à l’ensemble de leurs concurrentes avant la prochaine décennie. Le départ annoncé de James Hogan au deuxième semestre, qui sera très probablement suivi de celui de Tim Clark, posera sans doute les fondations d’une nouvelle ère. Déjà, pas plus tard que demain 1er février, Etihad et le groupe Lufthansa vont officialiser leurs projets de collaboration.

Cette nouvelle ère promet déjà d’être intense, et là ça va aller vite… (Journal de l’Aviation, photo : Etihad)

Publier votre commentaire