KLM: un robot pour guider les passagers dans Schiphol

KLM
Air Journal, photo: Spencer

Après « deux ans de construction, de programmation et d’essais en interne », la compagnie nationale néerlandaise lance ce 30 novembre 2015 le robot Spencer dans les couloirs de sa base. Sa fonction primaire sera d’assister les passagers en transit à passer d’une porte à l’autre le plus rapidement possible. « Chaque jour des voyageurs ratent leurs correspondance pour toute sortes de raison, allant des retards au temps de transit trop court en passant par les égarements ou les barrières de langage », explique KLM dans son communiqué. La première phase d’essais, qui durera jusqu’au 4 décembre, se passera dans la section Schengen de l’aéroport. Pas de contact pour l’instant entre le robot Spencer et les passagers : ils devront attendre le mois de mars 2016.

Spencer est un acronyme pour Social situation-aware Perception and action for Cognitive Robots (perception et action dans un environnement social pour robots cognitifs), et la compagnie de l’alliance SkyTeam se dit persuadée que les robots auront « un impact grandissant dans le transport aérien ces prochaines années ». « Nous testons la technologie dans plusieurs secteurs », explique Michel Pozas, vice-président Innovation Client chez Air France-KLM, « afin d’étudier si et comment la robotique peut apporter quelque chose à nos processus. Chez KLM, l’objectif principal sera probablement d’offrir une meilleure assistance aux employés comme aux passagers ». Le projet Spencer va plus loin que les capacités de la génération actuelle de robot : il devrait à terme être capable de reconnaître et gérer des groupes, tenant compte de leurs comportements, et de reconnaitre des émotions.

Ce projet est développé avec la société suisse SME Bluebotics, les universités de Freiburg, Munich, Twente et Orebo, le CNRS, la Hoogeschool d’Aix La Chapelle et bien sûr l’aéroport Schiphol. Il bénéficie du soutien de la Commission Européenne. (Air Journal, photo: Spencer)

Publier votre commentaire