IATA : Plus 413 millions de dollars de revenus bloqués dans cinq États africains

L’Association Internationale du Transport Aérien (IATA) continue d’attirer l’attention des gouvernements africains sur la menace permanente qui pèse sur les transports aériens alors que ceux-ci empêchent le rapatriement des recettes issues de la vente des billets d’avions.

Au 31 mars 2019, plus de 413 millions de dollars, représentant les revenus des compagnies aériennes étaient bloquées dans cinq pays africains. Selon l’IATA, le Zimbabwe détient 192 millions de dollars, le Soudan 84 millions, l’Algérie 80 millions, l’Érythrée 73 millions et l’Angola 7 millions.

Pourquoi cette situation ?  C’est qu’en effet, ces pays pour la plupart, des états pétroliers font face à d’importants défis économiques notamment avec   baisse des recettes pétrolières. Ils ont depuis lors imposé des restrictions sur les flux de capitaux, ce qui limite les fonds pouvant sortie du pays.

Muhammad Ali Albakri, vice-président régional de l’IATA pour l’Afrique et le Moyen-Orient, a déclaré que l’association avait mis en place un groupe de travail spécial composé des compagnies aériennes membres pour s’attaquer au problème. « Nous collaborons directement avec les gouvernements, les banques centrales et les ministres des finances de ces pays », a déclaré Albakri. « Le directeur général se rend lui-même dans ces pays pour parler à la plus haute autorité. En juillet, il se rendra au Zimbabwe pour rencontrer le président et discuter de la question des fonds bloqués ».

 « Les flux de trésorerie sont une bouée de sauvetage pour les compagnies aériennes » , a expliqué Albakri. « Si ces problèmes persistent, les compagnies aériennes réduiront leurs fréquences de vols à destination de ces pays et pourraient même se retirer. Cela aurait éventuellement un impact sur la connectivité aérienne en Afrique ».

Lire la suite sur NewsAero.

Publier votre commentaire