IATA : la situation se dégrade toujours plus en Afrique

L’Association du transport aérien international (IATA) a publié de nouvelles données indiquant que l’impact de la pandémie de Covid-19 sur l’industrie et les économies de l’aviation en Afrique est beaucoup plus élevé que celui constaté au printemps.

Les pertes d’emplois dans l’aviation et les industries connexes du continent africain pourraient augmenter jusqu’à 3,5 millions, estime le lobby dans ses prévisions mises à jour et publiées le 13 aout 2020. C’est selon son communiqué « plus de la moitié des 6,2 millions d’emplois liés à l’aviation dans la région, et 400.000 de plus que l’estimation précédente ». Le trafic aérien de l’année 2020 devrait chuter de 54% (plus de 80 millions de passagers) par rapport à l’année dernière, légèrement pire que les -51% prévus auparavant. Le PIB soutenu par l’aviation dans la région pourrait perdre jusqu’à 35 milliards de dollars ; l’IATA avait précédemment estimé une baisse de 28 milliards de dollars.

Sur les principaux marchés nationaux, les dernières perspectives de IATA Economics en Afrique se sont également détériorées depuis la précédente évaluation en juin. Par exemple, le nombre de passagers, les emplois à risque et les impacts sur le PIB des cinq plus grands marchés africains ont diminué pour tous les paramètres :

« Le COVID-19 a dévasté les économies africaines et a pratiquement paralysé la connectivité aérienne à travers le continent. Et la situation empire. Les conséquences économiques résultant d’un continent déconnecté sont graves. Des millions d’emplois et de moyens de subsistance sont menacés dans les entreprises familiales. Pour la reprise économique et la prospérité future de l’Afrique, il est essentiel d’accélérer le redémarrage en toute sécurité de l’industrie », a déclaré Muhammad Al Bakri, vice-président régional de l’IATA pour l’Afrique et le Moyen-Orient.

Pour minimiser l’impact sur les emplois et l’économie africaine en général, une reprise accélérée du transport aérien à travers le continent est vitale – et peut selon l’IATA être réalisée grâce à une action gouvernementale dans deux domaines prioritaires:

Harmonisation du redémarrage du transport aérien en Afrique
L’adoption harmonisée des directives de décollage du Groupe de travail sur la récupération de l’aviation (CART) du Conseil de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) – le cadre mondial de biosécurité pour le redémarrage en toute sécurité de l’aviation – est essentielle pour la reprise en toute sécurité du transport aérien. « Pour éviter des mesures contradictoires, des perturbations et des inefficacités, tous les pays, y compris ceux d’Afrique, doivent appliquer ces recommandations de manière cohérente et uniforme, sans imposer de contraintes frontalières inutiles telles que des quarantaines, qui dissuadent les passagers et suppriment la demande de voyages aériens », explique l’IATA.

Selon l’OACI, le Rwanda est l’un des premiers pays au monde à s’être pleinement conformé aux recommandations de l’OACI en matière de biosécurité. Barry Kashambo, Directeur régional de l’ESAF, s’exprimant au nom des bureaux régionaux de l’OACI accrédités auprès des États africains, a déclaré : « Nous reconnaissons les efforts et les actions du Rwanda et de certains autres États pour mettre pleinement en œuvre les dispositions des recommandations du CART de l’OACI, et les directives et autres mesures pour le redécollage. Nous encourageons tous les gouvernements africains à donner la priorité au redémarrage de l’aviation, et à exploiter son potentiel en tant que catalyseur de la reprise économique de l’Afrique après le COVID-19. La connectivité aérienne est essentielle au développement économique et durable et à la circulation des personnes à travers le continent ».

Intensifier les efforts pour soutenir l’industrie
Un soutien financier et réglementaire continu, en particulier une aide financière – qui n’augmente pas les niveaux d’endettement du secteur – par des injections directes de liquidités, des crédits ou des prêts et des reports ou des remises sur les frais d’utilisation, sont « essentiels » pour soutenir les compagnies aériennes pendant la période de redémarrage et de reprise.

« Nous sommes reconnaissants aux quelques gouvernements africains qui ont jusqu’à présent fourni des secours à l’aviation – Rwanda, Sénégal, Côte d’Ivoire, Burkina Faso et récemment Cap Vert. Leurs actions ont contribué à sauver des milliers d’emplois et permettront à certaines compagnies aériennes de redémarrer et de soutenir les économies plus larges qu’ils servent. Mais la situation s’aggrave. Des mesures de secours continues sont essentielles pour minimiser les pertes d’emplois et garantir le rétablissement de la connectivité. Nous exhortons les gouvernements africains et les institutions de développement qui ont engagé des fonds à le fournir d’urgence dans une structure qui n’affaiblit pas les bilans des compagnies aériennes déjà stressées, avant qu’il ne soit trop tard », a conclu le VP Afrique de l’IATA Muhammad Al Bakri. (Air Journal)

Publier votre commentaire