Etats-Unis : le « shutdown » menace la sécurité du trafic aérien

Hier, l’aéroport de Miami a été contraint de fermer un terminal car il n’y avait pas assez d’employés en raison du « shutdown« , l’impasse budgétaire entre l’administration Trump et la Chambre des représentants qui paralyse depuis le 22 décembre 2018 une partie de la fonction publique américaine.

Au total, 800.000 fonctionnaires américains sont en congés sans solde ou travaillent sans être payés. Ainsi, 10.000 contrôleurs et 51.000 agents de sécurité de la TSA (Agence fédérale de la sécurité des transports), qui assurent les contrôles des passagers, ont été réquisitionnés et travaillent depuis Noël sans être payés, avec des journées qui peuvent atteindre 10 heures. Ce qui inquiète fortement des responsables du secteur du transport aérien.

« La fin du « shutdown » est une question de sécurité et une inquiétude économique « , assure l’Association du personnel naviguant (AFA), qui a manifesté jeudi à Washington avec d’autres syndicats du secteur pour demander la réouverture des administrations. « Nos membres et les passagers volent dans un système qui est moins sûr et sécurisé tant que le « shutdown » continue «, affirme l’AFA, qui représente près de 50.000 professionnels. Avec moins de personnel, l’association met notamment en garde contre les « failles dans notre sécurité » dont pourraient profiter « ceux qui considèrent les Etats-Unis et leurs citoyens comme leurs ennemis« , les annulations de vols ou les longues queues aux postes de contrôle.

Pour sa part, l’Association nationale des contrôleurs aériens (NACTA), qui compte quelque 20.000 membres, dénonce la dégradation des conditions de travail pendant le « shutdown « . « Les heures supplémentaires, sous forme de semaines de six jours ou de journées de dix heures sont ainsi devenues monnaie courante dans certains des aéroports les plus fréquentés comme New York, Chicago, Atlanta ou Dallas« , s’alarme le président du syndicat, Paul Rinaldi, qui évoque le risque d’accident aérien en raison de la fatigue des aiguilleurs du ciel.

Quant aux voyageurs, ils commencent à s’inquiéter des longues files d’attente aux points de contrôle, alors que la TSA a observé une augmentation des arrêts-maladie chez les agents de sécurité depuis la fin décembre. (Air Journal, photo : FAA)

Publier votre commentaire