Donald Trump menace Airbus de nouveaux droits de douane

L’Organisation mondiale du commerce (OMC) a émis un jugement favorable aux Etats-Unis dans le dossier des subventions accordées à des entreprises européennes, autorisant le Président américain Donald trump à imposer de nouveaux droits de douane à des produits européens, en particulier aux avions Airbus vendus à des compagnies aériennes américaines.

Cette décision de l’OMS n’est que la dernière étape d’un conflit commercial entre l’Union européen et les Etats-Unis qui dure depuis maintenant 15 ans et porte sur des milliards de dollars d’aides publiques à Airbus et Boeing. L’administration Trump a demandé à l’OMC l’autorisation de prendre pour cible les constructeurs d’avions et les producteurs de

composants pour l’aéronautique européens ainsi qu’une série de secteur incluant l’alimentation, le vin, les machines agricoles et les produits de luxe, pour un total de droits de douane estimé à 11,2 milliards de dollars (10 milliards d’euros).

Le montant définitif dépendra des arbitrages de l’OMC et Washington devra ensuite faire des choix au sein d’une liste de « cibles » potentielles représentant un montant total de plus de 20 milliards de dollars avant d’appliquer des droits à concurrence du plafond autorisé. De son côté, l’UE a affirmé que Boeing avait reçu 19,1 milliards de dollars de subventions interdites entre 1989 et 2006 de la part de diverses branches du gouvernement américain.

Face à cette menace de nouvelle guerre commerciale, l’Union européenne a exhorté les États-Unis à accepter un accord : «Il y a déjà suffisamment de droits de douane dans le monde, alors s’imposer des droits de douane les uns aux autres, ce que l’OMC nous autorise à faire à proprement parler, ne serait pas une bonne solution», a déclaré hier Cecilia Malmström, la commissaire européenne au Commerce. «Nous avons proposé aux Etats-Unis d’essayer de conclure un accord afin de trouver ensemble une solution négociée et de voir ce que nous pouvons faire pour nous discipliner (en matière de subventions) lorsqu’il s’agit d’avions», a-t-elle indiqué lors d’un point de presse. (Air Journal)

Publier votre commentaire