Débris d’avion au Mozambique : le flou demeure

malaysia-recherchesLe débris d’avion retrouvé au Mozambique, qui pourrait venir du Boeing 777-200ER de la compagnie aérienne Malaysia Airlines disparu en mars 2014, va être envoyé en Australie pour analyse. Aucune information supplémentaire n’a surgi hier pour confirmer ou infirmer l’appartenance de cette pièce à un Triple Sept, et encore moins à celui qui assurait le vol MH370.

Le ministre australien des Transports Darren Chester a confirmé le 3 mars 2016 que le débris sera envoyé en Australie pour analyse par l’ATSB (Bureau Australien de la Sécurité Aérienne), qui a de son côté diffusé de nouvelles photos de l’objet. Mais il est « très difficile pour n’importe quel enquêteur de confirmer à quel type d’avion cette pièce appartient », a souligné en conférence de presse Joao de Abreu, président de l’Institut d’aviation civile du Mozambique (IACM). Boeing de son côté n’a toujours pas fait de commentaire sur la provenance du débris triangulaire de 90 cm large, sur lequel figure la mention « no step ». Outre les déclarations du ministre des transports malaisien Liow Tiong Lai, qui évoquait hier de « fortes probabilités » que la pièce provienne d’un 777, la presse américaine citait un officiel américain anonyme selon qui il s’agirait du « bord d’attaque fixe droit d’un stabilisateur de 777 » ; mais M. Abreu juge prématurée tout conclusion qu’il viendrait bien du vol MH370. Rappelons que le seul autre débris identifié à ce jour comme provenant de l’avion de Malaysia Airlines, un flaperon, avait été découvert fin juillet 2015 à La Réunion ; ce 777 est le seul appareil de ce type porté disparu.

L’ATSB a fait le point mercredi sur les recherches dans l’Océan Indien du 777-200ER de la compagnie nationale malaisienne, disparu le 8 mars 2014 avec 239 personnes à bord lors d’un vol entre Kuala Lumpur et Pékin. Les navires Fugro Discovery, le Fugro Equator et le Havila Harmony continuent les recherches sous-marines, et ont été rejoints sur zone la semaine dernière par le Dong Hai Jiu 101 chinois. Plus de 85.999 km² de fonds marins ont été ratissés, et le travail de l’ATSB « va continuer de manière méthodique et complète ; ce travail peut paraître lent certaines semaines, mais il se poursuit avec le but de retrouver le MH370 aussi vite que possible ». Ces recherches sous-marines devraient être achevées fin juillet, une perspective qui indigne les associations de familles de victimes.

Un rapport intérimaire sur l’enquête sera dévoilé mardi 8 mars en Malaisie, sans que l’on sache s’il avancera de nouvelles théories sur les causes de la disparition du vol MH370. (Air Journal, image : ATSB)

Publier votre commentaire