Crash en Iran / vidéo : l’avion d’UIA abattu par un missile ?

Trois gouvernements occidentaux jugent crédible la thèse selon laquelle l’avion de la compagnie aérienne Ukraine International Airlines (UIA), dont le crash mercredi près de Téhéran a entrainé la mort des 176 personnes à bord, aurait été abattu par un missile sol-air. L’Iran dément, et a invité le NTSB américain et le Canada à participer à l’enquête.

Le Boeing 737-800 de la compagnie nationale ukrainienne assurant le vol PS752 entre l’aéroport de Téhéran-Imam Khomeiny et sa base à Kiev-Boryspil s’est écrasé le 8 janvier 2020 quelques minutes après son décollage, tuant les 176 passagers (dont le plus jeune était né en 2018) et membres d’équipage. Sur la foi de « renseignements de sources multiples, provenant notamment de nos alliés et de nos propres services », le premier ministre canadien Justin Trudeau a déclaré jeudi lors d’une conférence de presse que « les éléments indiquent que l’avion a été abattu par un missile sol-air iranien ». Probablement de manière « involontaire », a ajouté le dirigeant du pays dont 63 ressortissants se trouvaient dans l’avion, et dont les soupçons ont aussi été évoqués par Donald Trump à Washington et Boris Johnson à Londres. Les renseignements en question proviennent d’un satellite américain qui aurait détecté deux départs de missiles deux minutes après le décollage du 737 d’UIA, suivis par une explosion à proximité de l’appareil. Une vidéo récupérée par le New York Times semble accréditer la thèse.

A Téhéran, le chef de l’Organisation de l’aviation civile iranienne Ali Abedzadeh a déclaré à l’agence ISNA que ce scénario était « impossible scientifiquement ». Selon lui, l’avion a « tourné à droite à la suite d’un problème », et se dirigeait vers l’aéroport Imam Khomeiny au moment du crash ; il était « en flamme au moment de s’écraser ». Les pilotes « n’ont lancé aucun appel de détresse » avant de tenter de faire demi-tour, et « plusieurs vols domestiques et internationaux volaient dans l’espace iranien à la même altitude de 8000 pieds. La question de l’impact du missile sur l’avion ne peut en aucun cas être vraie », a assuré le dirigeant de l’aviation civile. Mais après avoir insisté la veille sur le fait que les boîtes noires ne seront « pas envoyées au constructeur ou aux Etats-Unis », il a expliqué hier qu’un rapport préliminaire avait été envoyé à l’OACI – qui en a confirmé la réception et appelle à « ne pas spéculer ».

Ce rapport a été aussitôt transmis au NTSB américain. Une première réunion entre enquêteurs iraniens et ukrainiens s’est déroulée hier à Téhéran, tandis que le Bureau de la sécurité des transports du Canada a confirmé avoir été invité « à se présenter sur le site de l’accident » (les relations diplomatiques entre l’Iran et le Canada ont été rompues en 2012). La Suède (10 passagers à bord) aurait également reçu ce rapport préliminaire de trois pages, contenant peu d’éléments hors de ce qui était déjà connu mais mentionnant la création au sein de l’équipe d’enquêteurs d’un « groupe spécial se concentrant sur les explosifs ». Vu les éléments politiques en cause, on devrait de toute façon se diriger vers une enquête longue et compliquée, du style de celle qui avait suivi le crash du vol MH17 de Malaysia Airlines abattu au-dessus de l’Ukraine en 2014. Des bulldozers ont été photographiés hier sur le site de l’accident, au nord de la capitale, en train d’enlever des pièces du 737-800…

Côté compagnies aériennes, après les annonces de ces derniers jours concernant le survol des espaces aériens de l’Iran et de l’Irak, on retiendra de la journée de jeudi que les vols de Lufthansa et Austrian Airlines vers Téhéran ont été suspendus jusqu’à nouvel ordre. La compagnie autrichienne et Turkish Airlines ont en revanche annoncé la reprise des vols vers Irbil en Irak. (Air Journal, photo : Aviation news sur twitter)

Publier votre commentaire