Crash en Iran – nouveaux détails/précisions avec vidéos :

L’accident ce mercredi d’un avion de la compagnie aérienne Ukraine International Airlines peu après son décollage de Téhéran aurait fait 176 morts, l’Iran et le Canada étant les deux nationalités les plus représentées à bord.

Un Boeing 737-800 de la compagnie nationale ukrainienne (immatriculé UR-PSR) assurant le vol PS752 entre l’aéroport de Téhéran-Imam Khomeiny et sa base à Kiev-Boryspil avait décollé peu après 6 heures du matin ce 8 janvier 2020, avec environ une heure de retard. Il transportait selon un listing préliminaire diffusé par Ukraine International Airlines 167 passagers et neuf membres d’équipage, qui ont tous trouvé la mort quand l’appareil s’est écrasé quelques minutes après son départ dans un champ. Un listing préliminaire fait état de la présence à bord de 11 Ukrainiens (dont tous les membres d’équipage), 82 Iraniens, 63 Canadiens, 10 Suédois, quatre Afghans, trois Allemands et trois Britanniques. La compagnie aérienne a exprimé « ses plus sincères condoléances aux familles des victimes du crash aérien, et fera tout son possible pour soutenir les proches des victimes ». Elle a suspendu tous ses vols vers Téhéran jusqu’à nouvel ordre.

 

Le 737-800 accidenté ce matin avait été livré neuf en juin 2016, et était configuré pour accueillir 186 passagers. Selon Ukraine International Airlines, ses dernières opérations de maintenance remontent au 6 janvier. L’enquête sera menée « avec la participation des autorités aéronautiques d’Ukraine, d’Iran, de représentants du constructeur de Boeing, de la compagnie aérienne et du Bureau national d’enquête sur les accidents aériens d’Ukraine », précise UIA, promettant qu’elle « informera de l’avancement de l’enquête et des causes de l’événement tragique dès qu’elles seront identifiées ». Une boîte noire au moins avait déjà été récupérée en fin de matinée selon la chaine de télévision IRIB. Boeing a confirmé être « au courant de l’accident ».

Les conjectures sur l’origine du crash se multiplient déjà : Qassem Biniaz, porte-parole du ministère iranien des Transports, a déclaré à IRNA qu’un incendie avait frappé l’un des moteurs ; le pilote de l’avion aurait ensuite perdu le contrôle de l’avion, l’envoyant s’écraser au sol. Selon les médias locaux, aucun appel de détresse n’aurait été reçu par le contrôle aérien. La nuit dernière, l’Iran avait apparemment envoyé des missiles sur une base américaine en Irak ; les USA avaient immédiatement fermé l’espace aérien de l’Iran et du Golfe aux compagnies américaines. Aucun rapport entre les deux faits n’a été confirmé. (Air Journal, photo : AirportHarbor@twitter)

 

Publier votre commentaire