Communiqué de presse de l’ANAC

Face à cette situation, l’ANAC tient à préciser à l’attention du public ce qui suit :

1.    La Compagnie aérienne SCD Aviation, partenaire des promoteurs du LODGE LOANGO, est en règlement judiciaire depuis le 27 Mai 2010, à la suite de graves problèmes financiers auxquels elle est confrontée et qui ont abouti à l’arrêt de ses activités ;

2.    Suite aux importants efforts financiers consentis par l’Etat Gabonais pour la relance des activités de cette société, une demande de réactivation de sa Licence d’Exploitation (LE) et de son Certificat de Transport Aérien (CTA) a été introduite auprès de l’ANAC par un ancien dirigeant de Compagnie Aérienne (GABON EXPRESS), ayant un lourd contentieux avec la justice Gabonaise suite au grave accident d’avion du 08 Juin 2004 au large de Libreville ;

Cette demande a été rejetée par le Conseil de Régulation en sa séance du 30 juin 2010 ;

3.    L’ANAC vient d’être à nouveau saisie de ce dossier par la personne habilitée, à savoir le Syndic de la Société depuis le 09 juillet 2010 ;

4.    Compte tenu de l’importance que revêt l’écotourisme dans les priorités de développement du Gabon et des efforts importants consentis par l’Etat pour la relance des activités du Parc de LOANGO, l’ANAC a décidé depuis le 13 Juillet 2010 de faire droit à la requête formulée par le Syndic, à savoir la réactivation de la Licence d’Exploitation et le Certificat de Transport Aérien de SCD AVIATION ;

5.    Compte tenu des exigences de sécurité du transport aérien, l’ANAC a soumis cette réactivation à trois conditions minimales :

–    La re-certification des aéronefs,
–    La validation des Licences des pilotes,
–    L’homologation des Centres de Maintenance des aéronefs.

6.    Ces exigences ont été transmises à SCD Aviation et l’ANAC attend la réaction de celle-ci.

Comme on peut le constater, le déblocage de la situation de SCD Aviation n’est pas très compliqué.

L’ANAC s’étonne donc de la campagne d’intimidation et de désinformation engagée par certains dirigeants de la Société AFRICA’S EDEN.

Les dirigeants de SCD Aviation et AFRICA’S EDEN ne duperont personne.

L’ANAC, respectueuse de la volonté du Gouvernement de relancer les activités des deux Sociétés concernées, est néanmoins tenue de faire respecter la rigueur, et les exigences du métier de transporteur aérien.

Elle n’accepte donc pas d’être le bouc-émissaire d’ « hommes d’affaires » mal inspirés.

Aussi, les invite-elle à se conformer aux exigences de l’activité de transport aérien en suivant la procédure indiquée par l’autorité habilitée à cet effet.

Fait à Libreville, le 2 Août 2010

Le Conseil de Régulation

(photo: Africa’s Eden)

 

Publier votre commentaire