Comment faire face au péril animalier à l’aéroport de Libreville

Le gestionnaire de l’aéroport de Libreville (ADL) a organisé du 19 au 23 mars 2018 dans ses locaux une formation sur la gestion du risque animalier. L’ANAC était représentée  par son Directeur des Aérodromes et des Equipements Aéronautiques, et ses collaborateurs.

Cette formation, fait suite à l’étude ornithologique menée par ADL sur la plateforme aéroportuaire, et avait pour but de former les Inspecteurs de la Direction des Aérodromes et des Equipements Aéronautiques de l’ANAC, ainsi que les agents en charge de la  gestion du risque animalier d’ADL à travers un parcours de formation personnalisé et adapté au contexte aéroportuaire de Libreville.

Les activités se sont articulées en sessions théoriques et pratiques, autours des points suivants :

  • la maîtrise des règlements, recommandations et pratiques en vigueur dans le domaine de prévention du péril animalier ;
  • la maîtrise des techniques d’observation et de recommandation de la faune locale ;
  • la connaissance de l’environnement aéroportuaire, de l’écologie et de la biologie des espèces animales présentes dans le périmètre aéroportuaire ;
  • la maîtrise des principes d’un système de gestion de la sécurité et des méthodes d’évaluation du péril animalier ;
  • la maîtrise des procédures de collecte et d’identification des animaux retrouvés après impact.

Des textes règlementaires en matière de lutte contre le péril animalier ont été passés en revue notamment :

  • le RAG 8.1 en section 8.1.9.4 de la lutte contre le risque d’impacts d’animaux;
  • la décision 025/2015/ANAC/DA-AD du 25 juin 2015 relative à la prévention du péril animalier sur les aérodromes ;
  • le Manuel des procédures relatives à la prévention et d’atténuation du risque faunique (MPI 6.4) ;
  • le guide relatif à la méthodologie d’évaluation du risque animalier sur les aérodromes (GUI AGA 012) .

Ce séminaire a été une occasion pour l’ANAC de vérifier les éventuels manquements ou insuffisances dans les règlements et autres documents relatifs à la gestion du risque animalier. Il en ressort, dans l’ensemble, que les textes réglementaires sont suffisants et conformes aux normes et procédures internationales. Quelques observations ont été formulées en vue de leur enrichissement, notamment l’ajout des espèces d’oiseaux identifiées à l’aéroport de Libreville dans le manuel, MPI 6.4.

En conclusion, cette formation a permis au personnel d’ADL de bien comprendre en quoi consiste la gestion du risque animalier, les différentes techniques pour gérer ce risque et les moyens nécessaires pour y parvenir. Et pour les représentants de l’ANAC, elle leur a permis de bien cerner les attentes de mise en œuvre des normes en matière de gestion du risque animalier. Ceci, dans le but d’améliorer considérablement la supervision des activités en rapport avec le péril animalier. (rsm)

Publier votre commentaire