Célébration du 21e anniversaire de la Décision de Yamoussoukro : la CAFAC, l’AFRAA et l’IATA unissent leurs forces pour promouvoir la sécurité aérienne et la connectivité en Afrique

Dans le cadre de la célébration virtuelle de cet anniversaire qui s’est déroulée ce vendredi 13 novembre 2020, les trois organisations ont signé un accord technique portant sur un projet de sécurité sur trois ans.

L’objectif est de fournir un soutien technique aux opérateurs aériens africains afin d’assurer qu’ils atteignent et maintiennent les normes de sécurité aérienne mondiales.

L’initiative est soutenue par des subventions de la Banque africaine de développement (BAD) accordées à la CAFAC et s’adresse spécifiquement aux transporteurs des pays qui ont signé le programme phare de l’Union africaine (UA), le Marché unique du transport aérien en Afrique (MUTAA).

Le projet permettra d’identifier les compagnies aériennes éligibles, d’effectuer des analyses des lacunes et de recommander des mesures correctrices pour chaque transporteur participant afin de les préparer à l’évaluation des audits de sécurité opérationnelle (IOSA) ou de l’évaluation de la sécurité standard (ISSA) de l’IATA.

En outre, le personnel des compagnies aériennes participantes recevra une formation sur les systèmes de gestion de la qualité et de la sécurité. L’IATA, l’AFRAA et la CAFAC organiseront également des ateliers et des sessions de formation dans leurs locaux de Nairobi, Johannesburg et Dakar.

« Nous sommes déterminés à ouvrir le ciel africain par le biais du MUTAA et à soutenir les compagnies aériennes de la région dans cette démarche », a déclaré Tefera Mekonnen Tefera, secrétaire général de la CAFAC.

« Selon la taille de leur organisation et les avions qu’elles exploitent, les compagnies aériennes qui souhaitent profiter des avantages du marché et de l’expansion commerciale du MUTAA doivent être certifiées soit par le biais des programmes d’audit de sécurité opérationnelle (IOSA) ou d’évaluation de sécurité standard (ISSA) de l’IATA. Ces deux programmes de sécurité sont reconnus dans le monde entier et font partie des objectifs de sécurité africains de la déclaration ministérielle d’Abuja, qui sont les signes distinctifs de la sécurité aérienne. Nous nous sommes engagés à ouvrir le ciel africain par le biais du MUTAA et à soutenir les compagnies aériennes de la région dans cette démarche », a expliqué Tefera Mekonnen Tefera, secrétaire général de la CAFAC.

« Ce projet ne fera pas que renforcer les normes de sécurité conformément à la déclaration d’Abuja sur la sécurité en Afrique. Il contribuera également à rendre le MUTAA opérationnel et à renforcer le développement d’un transport aérien commercial durable en Afrique, ce qui est crucial pour la reprise et la croissance future des économies du continent qui ont été dévastées par la crise COVID-19 », a déclaré le vice-président régional de l’IATA pour l’Afrique et le Moyen-Orient, Muhammad Ali Albakri.

« Le but ultime du projet est d’améliorer les niveaux de sécurité du secteur aérien en Afrique. En effet, les objectifs de sécurité de la déclaration d’Abuja de 2012 stipulent que toutes les compagnies aériennes basées en Afrique doivent obtenir la certification IOSA ou ISAA avant la fin de 2022 », a déclaré Abderahmane Berthé, secrétaire général de l’AFRAA. (ia)

Publier votre commentaire