Carte du risque de voyage : les pays à fréquenter et ceux à éviter en 2018

Dans quels pays pouvez-vous vous rendre en 2018, sans trop vous soucier de la sécurité ? Cette question a été traitée par Travel Risk Map, publié chaque année par SOS International et Control Risks. Le cabinet de conseil et spécialisé dans le risque de sécurité globale.

La carte est basée sur une analyse de la situation sécuritaire actuelle compte tenu du terrorisme, de la guerre, des troubles civils et à la criminalité générale dans chaque pays. La carte des risques de voyage s’adresse principalement aux voyageurs d’affaires et aux entreprises. La carte donne un aperçu de la sécurité dans le monde entier.

Pays présentant un risque de sécurité « insignifiant » (en vert)
Les pays les plus sûrs au monde, selon les experts, se trouvent tous en Europe : au Groenland, en Islande, Norvège, Finlande, Danemark, au Luxembourg, en Slovénie et en Suisse, le risque de sécurité est donc « hors de propos ».

Pays avec un risque de sécurité « faible » (en jaune)
Dans tous les autres pays européens, le risque sécuritaire est « faible » – à l’exception du Kosovo et de l’enclave russe de Kaliningrad entre la Pologne et la Lituanie. Même les voyages au Canada, aux États-Unis, en Équateur, au Suriname, au Chili, en Argentine et en Uruguay présentent un risque « faible » pour la sécurité. Cela s’applique également à la Jordanie, au Koweït, à Oman, à l’Iran, à la Chine, à la Corée du Sud, au Japon, à la Thaïlande, au Vietnam, à Taïwan, à certaines parties de la Malaisie ainsi qu’à l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Sur le continent africain, les experts estiment le risque de sécurité dans certains pays comme « faible » il y a le Maroc, le Sénégal, le Ghana, le Bénin, le Gabon, le Rwanda, la Zambie, le Malawi, la Namibie et le Botswana.

Pays présentant un risque de sécurité « moyen » (en orange)
Par exemple, se rendre au Brésil, en Bolivie, en Afrique du Sud, en Tanzanie ou en Angola présente un risque de sécurité « moyen ». Cela s’applique également, par exemple, à l’Arabie Saoudite, à une grande partie de la Russie, au Bangladesh, au Cambodge, à l’Indonésie et à la Corée du Nord.

Pays présentant un risque de sécurité « élevé » (en rouge)
En revanche, il existe un risque élevé de sécurité au Venezuela, dans certaines parties du Mexique, au Guatemala, au Panama, en Colombie et au Pérou, ainsi qu’en Haïti, au Honduras et au Salvador. Cela est également le cas de l’Algérie, l’Egypte, la Mauritanie, le Niger, le Tchad, le Burkina Faso, le Nigeria, certaines parties de l’Ethiopie et du Kenya, le Congo, le Mozambique et la partie sud-ouest de Madagascar. Cette catégorie comprend également certaines régions de l’Azerbaïdjan, une petite partie de la Russie, parties de la Turquie, en particulier dans la zone frontalière syrienne, certaines parties de l’Irak, le Pakistan, la partie orientale de l’Inde, les régions du Myanmar, en Malaisie et aux Philippines et dans la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Pays présentant un risque « extrêmement élevé » de sécurité (en rouge foncé)
Parmi les régions les plus dangereuses du monde avec un risque de sécurité « extrêmement élevé » on retrouve la Libye, le Mali, le Soudan du Sud, la République centrafricaine, la Somalie, le Yémen, la Syrie, l’Irak, l’Afghanistan et l’Ukraine orientale.

La qualité des soins médicaux et l’état des routes dans les pays respectifs a été également évaluée par les experts. Là en particulier, le continent africain se porte très mal. (ia)

 

Publier votre commentaire