CAN 2017 : Visite de l’aéroport d’Oyem

oyem01Le déroulement de la 31ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) approche inéluctablement au Gabon. Les interrogations ou les inquiétudes se font pressantes sur la livraison dans les délais des infrastructures en rénovation ou en construction. En effet vu le retard pris dans la réalisation des travaux, l’on se demande si ceux-ci seront terminés à temps, c’est-à-dire avant l’organisation de la compétition.

A Oyem, l’une des villes retenues pour accueillir les sélections du groupe C, le Directeur général de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile, accompagné du Directeur des aérodromes et des équipements aéronautiques et de leurs collaborateurs ont effectué une mission du 03 au 06 décembre 2016 pour inspecter les travaux de réhabilitation et d’équipements de l’aéroport d’Oyem. L’objectif était de vérifier sur le site la conformité des travaux aux normes en vigueur.   Il est important de signaler qu’une mission relative à l’état des lieux avait déjà été effectuée sur le site et dont le rapport faisait ressortir un état de dégradation très avancé des installations et des équipements de l’aérodrome , d’où la nécessité d’entreprendre des travaux de réhabilitation.

oyemUne deuxième visite, en présence de Mme Flavienne Mfoumou Ondo, Ministre des transports et de la logistique, a eu lieu le 05 décembre 2016. Au cours de cette visite, la délégation a vérifié l’état d’avancement des travaux  de  l’aérogare, la piste  et la clôture.

Au terme de la visite, une séance de débriefing a été organisée et présidée par, Madame le Ministre à la base de l’entreprise COLAS. Dans son propos liminaire, Madame le Ministre a déclaré que la visite des chantiers de l’aéroport et du stade pour l’organisation de la CAN dans la province du Woleu-Ntem a  été instruite par les plus hautes autorités de l’Etat afin d’évaluer les travaux réalisés.

« Je vais vous passer la parole afin que vous puissiez nous donner lot par lot, la situation réelle à ce jour, nous donner les points bloquants, voir ce que vous nous proposez concrètement .Nous avons visité le  terrain mais il serait bien que vous nous donniez exactement la situation réelle qui sera notifiée afin que le Gouvernement et le Président de la République puissent avoir une bonne visibilité sur la situation des travaux en cours et voir si nous pouvons voir accueillir la pool de la CAN qui sera organisée dans notre province ».

Le représentant de la mission de contrôle GEMO a reconnu le retard pris sur le planning affiché.  En termes d’avancement, il a estimé à 49% le pourcentage des travaux de l’aérogare, mais en incluant la tour de contrôle et la caserne, ce pourcentage baisse à 39%.

Pour autant, il a proposé « un plan B » qui consiste à adjoindre à l’entreprise adjudicataire SOCOB des prestataires pour terminer les travaux.

« Le souci majeure est de terminer l’aérogare.  Nous devons prendre des décisions idoines pour qu’on puisse terminer, on n’a pas le droit de ne pas finir le projet, l’objectif étant de déterminer avant les fêtes de fin d’année», a –t-il rappelé.

Le représentant de l’entreprise SOCOB, en revenant sur la base de référence du marché, a regretté le fait de travailler sans couverture administrative. Il lui a été demandé d’établir un plan d’action pour les 20 jours restants.

Suite à la réunion technique entre l’ANAC et l’ASECNA le 27 octobre 2016, il a été convenu de la fermeture de la piste de l’aéroport d’Oyem à la circulation aérienne, pour permettre à l’entreprise COLAS d’entreprendre les travaux en toute sécurité. A ce jour, COLAS est en avance sur le calendrier. (rsm)

Publier votre commentaire