Camair-Co : une année 2019 en zone de turbulences

L’année dernière aura assurément été une année de croissance chez Camair-Co. En 2019, le transporteur camerounais peine cependant à maintenir le cap. Avec la mise hors service de plus de la moitié de sa flotte, Camair-Co qui a pour unique actionnaire l’Etat du Cameroun, traverse actuellement une crise de trésorerie qui plombe ses ambitions.

Au vu des performances opérationnelles de 2018, on aurait pu penser que la compagnie nationale camerounaise, certifiée IOSA, se dirigeait progressivement vers un rééquilibrage financier. L’année dernière, Camair-Co a connu une hausse de 62% de son chiffre d’affaires qui s’est établi à 40,5 millions d’euros. Son trafic passager a bondi à 343 000 passagers (contre environ 235 000 en 2017), sur son réseau qui compte quatorze destinations, dont sept régionales (Abidjan, Bangui, Cotonou, Dakar, Lagos, Libreville, Ndjamena) et sept domestiques (Bafoussam, Bamenda, Douala, Garoua, Maroua, N’ Gaoundéré et Yaoundé). Sur la même période, la compagnie a transporté 200 tonnes de fret et a réduit sa perte d’exploitation par un facteur de deux à trois. Le coefficient de remplissage a atteint 53% et le taux de ponctualité s’est établi à 49,9%.

« Notre bilan est aujourd’hui plutôt encourageant même si la compagnie n’a pas encore atteint sa vitesse de croisière », affirmait en décembre dernier, Ernest Dikoum, qui a pris les rênes de Camair-Co en 2016 alors que la compagnie était au bord de la faillite avec une dette d’environ 49 millions d’euros.

Mais sur les premiers mois de l’année, les affaires ne se portent pas au mieux chez Camair-Co qui a vu l’immobilisation de plusieurs appareils.

Plus de la moitié de la flotte au sol …

Lire la suite sur NewsAero.

Publier votre commentaire