Airbus: Les premiers A380 à la casse

Faute d’avoir trouvé des clients, deux des premiers A380 de Singapore Airlines vont être démantelés et vendus en pièces détachées après seulement 11 ans d’exploitation.

Onze ans, ce n’est pas vieux pour un avion et pourtant, ces deux-là vont finir à la casse. En aéronautique, on n’envoie pas les avions à la casse, on les démonte et on les recycle. Dans le cas d’avions aussi récents, l’opération n’en est pas moins étonnante et révélatrice du problème A380. Airbus n’arrive pas à vendre son super jumbo (331 vendus) et l’absence d’un marché de seconde main ne va pas faciliter ses efforts pour décrocher de nouveaux contrats. Apparemment, le réaménagement des cabines haut de gamme en aménagement haute densité n’est pas rentable.

Les deux premiers avions qui vont être « déconstruits » ont été mis en service en 2007 et 2008 par Singapore Airlines qui les louait à deux loueurs distincts. Ils ont été rachetés par la société d’investissement Dr Peters Group qui les a proposés en vain à des compagnies comme British Airways, Hi Fly et Iran Air, à la vente ou en location. Les moteurs vont être récupérés par Rolls-Royce et la vente des pièces détachées devrait rapporter 45 M$.

Sur les cinq premiers A380 sortis de la flotte de Singapore Airlines, un seul a trouvé preneur pour le moment. Selon Aviation Week, cet avion sera exploité par la compagnie portugaise Hi Fly en affrètement (« wet-lease »), pour le compte d’opérateurs d’A380 entre l’Europe et les USA. (aerobuzz.fr, photo: Singapore Airlines)

Publier votre commentaire