737 MAX : Boeing évalue les indemnisations pour ses compagnies clientes

Le constructeur d’avions américain Boeing a déclaré qu’il adapterait ses compensations aux compagnies aériennes en tenant compte de leur préférence pour le 737 MAX, et pourrait même rembourser ses services plutôt que donner de l’argent comptant.

Les MAX qui été immobilisés dans le monde entier après les crashs d’un Boeing 737 MAX 8 d’Ethiopian Airways, tuant les 157 passagers à bord, moins de cinq mois après une catastrophe similaire impliquant un Lion Air 737 MAX 8 ayant tué les 189 personnes à bord, pourraient l’être encore pour une période de 10 à 12 semaines, soit jusqu’à mi-août ou fin août selon l’IATA. Le directeur général de Boeing, Dennis Muilenburg, a déclaré que les compensations pourraient comprendre l’ajustement des horaires de livraison des avions, l’offre de formation ou de services supplémentaires, ainsi que l’argent liquide dans certains cas. «Nous savons que beaucoup d’entre eux ont eu un impact sur les programmes d’été. C’est difficile, c’est douloureux», a-t-il déclaré lors d’une conférence des investisseurs à New York. « Je ne vois pas cela comme un événement matériel supplémentaire pour nous, mais c’est quelque chose qui demandera une attention particulière client par client. »

Les transporteurs chinois affirment de leur côté que les pertes liées à l’immobilisation du Boeing 737 Max dépassent 500 millions de dollars. Au total, 96 737 Max appartenant à des transporteurs chinois ont été suspendus, et ces compagnies aériennes prévoyaient d’introduire 130 appareils supplémentaires cette année. Le nombre de compagnies aériennes chinoises demandant une indemnisation à Boeing est de 13.

M. Muilenburg a reconnu que la crise de MAX avait ébranlé la confiance du public en Boeing et dérangé ses clients clés. Il a décrit la réunion des régulateurs internationaux de la semaine dernière comme un événement « clé » dans la remise en service de l’avion, mais a reconnu qu’il pourrait falloir plus de temps avant que les régulateurs mondiaux soient prêts à approuver le retour de l’avion. « Notre espoir est que nous aurons un large alignement international sur la FAA », a-t-il déclaré lors de la conférence. «Mais il se peut que certaines autorités internationales appliquent un calendrier différent. Nous devrons donc adapter nos plans, en fonction de l’approbation réglementaire, pour faire redémarrer l’avion. » La FAA sera le premier organisme de réglementation à autoriser le service de l’avion, mais les analystes de l’aviation estiment que cet organisme souhaite qu’au moins certains pays approuvent l’avion peu de temps après. Ethiopian Airlines a d’ores et déjà annoncé qu’elle ferait partie des dernières compagne aériennes à faire voler à nouveau le MAX dans les airs. (Air Journal)

Publier votre commentaire