FastJet et LAM Mozambique Airlines vont travailler ensemble

Les compagnies aériennes FastJet et LAM Mozambique Airlines ont signé un protocole d’accord portant sur l’exploration d’une coopération commerciale à long terme, y compris via des partages de codes, afin d’améliorer l’aviation commerciale dans le pays du sud de l’Afrique.

Le mémorandum a été signé au siège de LAM à l’aéroport de Maputo le mois dernier, et inclut « de vastes domaines de coopération susceptibles d’améliorer considérablement l’aviation commerciale » au Mozambique. Il couvre les accords de partage de codes et d’interconnexion entre la low cost FastJet (y compris la filiale locale) et LAM, des « synergies de réseau optimisées » pour les accommoder, ainsi que la coopération sur « d’autres systèmes commerciaux, le fret, l’ingénierie et la maintenance ».

Le directeur général de LAM, Antonio Pinto, a déclaré dans un communiqué que ces domaines de coopération « renforceront non seulement le transporteur national du Mozambique en tant que fournisseur régional de services aériens, mais contribueront aussi considérablement aux initiatives qui favorisent le tourisme, le développement économique et le commerce ». Il s’agit d’une initiative de « partenariat public-privé passionnante et à la fine pointe de l’industrie », ajoute le dirigeant.

Cette approche de la coopération commerciale « est la première en son genre sur le continent africain », a souligné Nico Bezuidenhout, directeur général de Fastjet. La compagnie « s’engage à explorer et tirer parti de l’accord pour le meilleur bénéfice des deux sociétés et, en fin de compte, de la population mozambicaine ». La Banque africaine de développement a récemment fait état d’une prévision de croissance à moyen terme « élevée » pour le Mozambique, et le protocole d’accord « jette les bases d’un plein potentiel économique d’un avenir très prometteur, et de la réalisation des objectifs globaux de l’aviation du gouvernement du Mozambique. »

Le Mozambique est l’un des premiers pays à avoir signé la Décision de Yamoussoukro, qui lance l’établissement d’un ciel ouvert à l’échelle du continent africain. (Air Journal, texte + photo)

Publier votre commentaire